Epstein’s island: What really happened there?

Epstein’s island: What really happened there?
Jeffrey Epstein island Ghislaine Maxwell

Les invités sont venus du monde entier, et des plus hauts rangs de la société: célébrités et scientifiques et membres des familles royales, atterrir dans un jet privé puis monter à bord d'un hélicoptère vers l'île. Son propriétaire aimait l'appeler “Petit St Jeff”; les habitants l'appelaient “île pédophile”.

Mais quelle est la vérité sur Little St James, le paradis privé de 75 acres dans les îles Vierges américaines que l'agresseur sexuel milliardaire Jeffrey Epstein a autrefois appelé chez lui?

L'île est maintenant au centre de un réseau de poursuites et d'enquêtes criminelles cherchant à démêler la vie de Jeffrey Epstein, qui est mort en prison à 2019 à l'âge de 66 dans ce que les autorités ont prétendu être un suicide.

Une plainte pénale du procureur général des îles Vierges américaines, qui tente de saisir Little St James comme propriété du gouvernement, l'a décrit “le refuge et le refuge parfaits pour le trafic de jeunes femmes et de filles mineures à des fins de servitude sexuelle, la maltraitance des enfants et les agressions sexuelles”.

Sur cette île, la plainte dit, “Epstein et ses associés pourraient éviter la détection de leurs activités illégales depuis les îles Vierges et les forces de l'ordre fédérales, et empêcher ces jeunes femmes et filles mineures de partir librement et d'échapper aux abus.”

Voici tout ce que nous savons sur Little St James et ce qu'Epstein a fait là-bas:

Où est l'île de Jeffrey Epstein et à quoi ressemble-t-elle?

Little St James est une petite île bordée de récifs coralliens dans les eaux bleu vif des îles Vierges américaines, avec des criques abritées et des bosquets boisés s'élevant jusqu'à des crêtes balayées par le vent et des falaises escarpées. Il se trouve juste à côté de la pointe sud-est de St Thomas, l'une des trois îles principales de l'archipel des Caraïbes.

Les Virgins ont été achetées au Danemark par le gouvernement américain au plus fort de la Première Guerre mondiale afin d'empêcher qu'elles ne soient utilisées comme base sous-marine allemande.. Aujourd'hui, de nombreux experts financiers les considèrent comme un paradis fiscal, avec d'énormes réductions sur l'impôt sur les sociétés et l'impôt sur le revenu des personnes physiques disponibles pour les entreprises basées là-bas.

C'est dans les Virgins qu'Epstein s'est enregistré comme délinquant sexuel dans 2010, suite à sa première condamnation pour prostitution d'enfants en 2008. Il a également basé ses sociétés écrans dans un petit bureau banalisé dans un centre commercial en bord de mer à St Thomas, aux côtés d'un Sam's Mini-mart et d'un salon appelé Happy Nails.

Dans 1998, il a acheté Little St James au capital-risqueur Arch Cummin via une société écran, aurait payé un peu moins $8 million (6 millions de livres sterling). Le nouveau propriétaire a rapidement nettoyé toute la végétation indigène et l'a remplacée par des palmiers de 40 pieds.

À partir de 2007, Epstein a lancé un vaste programme de construction et de rénovation qui a attiré les soupçons des autorités locales. Son composé principal a presque doublé de taille, poussant dans un manoir somptueux avec une terrasse extérieure reliant la chambre principale et la piscine, avec un système de dessalement.

Des photos satellites montrent un réseau tentaculaire de terrasses, chalets, maisons de plage, piscines, quais, bâtiments utilitaires, un héliport, un court de tennis, cales, une sorte de lac ou de lagune fermé, et diverses huttes de destination inconnue, tous reliés par des routes bordées de palmiers où des voiturettes de golf transportaient les invités d'un endroit à l'autre (un voyage à travers l'île aurait duré environ cinq minutes).

Superbes images de drones posté sur YouTube offre un examen plus approfondi, avec un énorme cadran solaire au centre de l'île assez grand pour se promener et deux grands drapeaux américains affichés aux extrémités opposées de l'île.

A l'autre bout du manoir d'Epstein se trouve un squat, structure carrée à rayures bleues et blanches souvent appelée "temple", entouré d'une terrasse avec un motif labyrinthe rouge. Il avait auparavant un dôme doré et deux statues en or sur son toit, qui auraient été arrachés lors de l'ouragan Maria.

Le bâtiment diffère grandement du permis d'urbanisme original d'Epstein pour un pavillon de musique octogonal, et est devenu un paratonnerre pour la spéculation fiévreuse. Les théoriciens l'ont diversement décrit comme l'entrée d'un repaire souterrain, un autel à une divinité égyptienne, un cimetière pour ses parents, ou un site d'abus sexuels rituels, mais une enquête de Business Insider a conclu qu'il s'agissait très probablement d'une salle d'étude et de musique privée pour Epstein.

Dans 2016, Epstein a également acheté l'île voisine de Great St James, environ deux fois plus grand à 165 acres, prétendument faire semblant que le véritable acheteur était un homme d'affaires de Dubaï nommé Sultan Ahmed bin Sulayem. « Il n'a pas été bien reçu,» a déclaré un habitant de St Thomas à l'Associated Press. "Les gens pensent qu'il est trop riche pour être correctement surveillé."

Comment était la vie sur l'île?

Dans les jours qui ont précédé son 2008 conviction, Epstein rendrait visite à Little St James deux ou trois fois par mois, rester plusieurs jours à la fois. Un ancien employé l'a décrit comme "une retraite zen" où le financier se promenait en tongs, avec "musique méditative" jouer à partir de haut-parleurs et les femmes bronzent souvent seins nus.

Il y avait toujours des femmes, bien sûr: souvent attrayant, parfois étrangement jeune, aux armes d'Epstein ou de l'un de ses nombreux invités ou, parfois, convoyé en groupe à bord d'un bateau de 38 pieds appelé le Lady Ghislaine, apparemment après L'associée de longue date d'Epstein, Ghislaine Maxwell.

L'île avait un personnel d'environ 70, des jardiniers et jardiniers aux lavandières en passant par les capitaines de bateaux de garde. Ils portaient des polos noirs ou blancs et étaient tenus au strict secret, avec des instructions pour rester hors de la vue d'Epstein lorsqu'il fait son travail. Il leur était également interdit d'entrer dans l'un des deux bureaux d'Epstein dans le manoir principal., dont l'un abritait un coffre-fort en acier étroitement surveillé.

Selon le Los Angeles Times, Epstein avait également un enthousiasme pour "trésor de pirates", son nom pour les vieilles bouteilles de rhum et la vaisselle trouvées sur l'île. Il paierait des serviteurs entre $100 et $1,000 pour des trouvailles intéressantes en bon état.

Une capture d'écran d'une vidéo TikTok dans laquelle un « explorateur urbain » examine le « temple » bleu et blanc

"C'était un homme très gentil et, alors que je n'approuve pas les choses dont il a été accusé, je l'aimais beaucoup," Miles Alexandre, qui, avec sa femme Cathy, dirigeait l'île entre 1999 et 2007, a déclaré au Daily Mail. "Notre travail était une question de discrétion. Nous avons la conscience tranquille que nous n'avons rien vu de fâcheux."

Le couple sud-africain a décrit comment Epstein n'aimait pas manger des repas devant des gens, au lieu de prendre des collations à manger dans sa chambre, et recevrait des massages quotidiens dans sa chambre. Le déranger il y avait "absolument interdit", bien qu'ils aient trouvé une fois une boîte de jouets sexuels pendant qu'il était sorti.

Quand ils ont été embauchés, les Alexander disent qu'on leur a dit: "Ce que Jeffrey veut, Jeffrey obtient."

Qui Epstein a-t-il hébergé sur son île?

Bien sûr, il y avait toujours des invités. Parmi les noms célèbres qui auraient été hébergés par Epstein figuraient le physicien théoricien Stephen Hawking, Le lauréat du prix Nobel Lawrence Krauss, le comédien Chris Tucker, l'acteur Kevin Spacey, Le magnat de Victoria's Secret Les Wexner, model Naomi Campbell, ancien assistant de Tony Blair Lord Peter Mandelson, et le prince Andrew du Royaume-Uni.

Il a été affirmé que Bill Clinton était également un invité, bien qu'il nie avoir jamais été là. Donald Trump aurait volé sur l'un des jets privés d'Epstein, mais on ne sait pas s'il a visité l'île. Le magicien David Copperfield y aurait même proposé le top model Claudia Schiffer.

Les invités arriveraient sur l'un des jets Gulfstream d'Epstein à l'aéroport Cyril E King de St Thomas, dans un espace privé séparé de la piste principale. Ils seraient ensuite transportés à Little St James sur l'un des hélicoptères noirs d'Epstein.

Le célèbre physicien théoricien britannique Stephen Hawking profite d'un barbecue sur l'île caribéenne de Jeffrey Epstein Little St James tout en assistant à une conférence sur St Thomas en mars 2006

Epstein aimait traiter les invités, aurait payé pour qu'un sous-marin soit modifié pour faire une visite des fonds marins au professeur Hawking, qui n'avait jamais été sous l'eau auparavant. Un ancien employé l'a décrit comme "comme un hôtel cinq étoiles où personne n'a payé".

Cathy Alexander se souvient du prince Andrew comme de l'un des visiteurs les plus aimables, le décrivant comme "très amusant et très peu exigeant". Un jour, il revint de la plage de "grande gaieté": un de ses compagnons avait marché sur un oursin et il avait uriné sur son pied pour le soigner.

Mme Alexander se souvient qu'il lui avait glissé un $350 pourboire - qui était "inattendu, parce que les autres invités n'ont pas".

Personne n'a remarqué le trafic sexuel présumé d'Epstein?

Certes, ils l'ont fait. Dès le début, les habitants de St Thomas ont chuchoté sombrement sur les activités d'Epstein, appeler ses jets privés "le Lolita Express". Quand les plongeurs nageaient près de l'île, des gardes de sécurité sembleraient patrouiller au bord de l'eau.

À un moment donné, Epstein transportait environ 200 des ouvriers vont et viennent chaque jour pour construire ses projets. « Quand il était là, c'était garder pour toi et faire ton truc," l'un d'eux a déclaré à l'Associated Press, ajoutant que le magnat donnerait parfois du vieux matériel ou du matériel excédentaire.

Le personnel de l'aéroport de St Thomas pouvait voir qui Epstein emmenait avec lui dans l'Express. «À plusieurs reprises, j'ai vu Epstein sortir de son hélicoptère, se tenir sur le tarmac à la vue de ma tour, et monter à bord de son jet privé avec des enfants – filles,” un ancien contrôleur aérien dit Vanity Fair.

Prince André: Je suis resté dans la maison du délinquant sexuel condamné Jeffrey Epstein parce que je suis «trop honorable»

"Mes collègues et moi avons définitivement parlé de la façon dont nous ne comprenions pas comment ce type était toujours autorisé à côtoyer des enfants. Nous n'avons rien dit parce que nous pensions que les forces de l'ordre faisaient leur travail. c'est regrettable, mais nous ne savions vraiment pas à qui dire, or if anyone really cared."

Another airstrip employee said: "There’d be girls that look like they could be in high school. They looked very young. They were always wearing college sweatshirts. It seemed like camouflage, that’s the best way to put it.

“I could see him with my own eyes. I compared it to seeing a serial killer in broad daylight. I called it the face of evil.... it was like he was flaunting it." Sometimes the girls would be carrying shopping bags from designer brands such as Gucci and Dior.

The Alexanders also grew suspicious. "They looked like they had stepped out of an underwear catalogue," Cathy told the Courrier. "They walked around with very few clothes on or lounged around by the pool with nothing on. It was like that most of the time. I was concerned about their ages. A few of them looked very young and I couldn’t help but wonder if their mothers knew where they were."

Miles Alexander added that he had sometimes had to refuse Epstein’s requests to smuggle in female guests by boat without logging their names and passport numbers with the government of St Thomas.

The couple’s unease grew until they finally quit in 2007. "In our final meeting, [Epstein] told me I had always been his conscience," Alexandre a dit. "I’m certainly battling with my conscience now."

What really happened on Epstein's island?

That is the subject of multiple ongoing court cases, but the accusations are shocking.

According to a lawsuit filed by Prince Andrew’s accuser, Virginie Giuffre, Little St James was the centre of a worldwide grooming scheme in which recruiters working for Epstein targeted young women who were open to abuse and manipulation, played on their hopes and fears, dazzled them with "displays of vast weath and power", and then force them to have sex with clients while keeping them in line with threats and blackmail.

Ms Giuffre says that Prince Andrew sexually abused her on Little St James when she was 17, which the prince "unequivocally denies".

The Virgin Islands attorney general’s office makes similar claims, en disant: "Entre 2001 et 2019 the Epstein Enterprise transported underage girls and young women to the Virgin Islands, who were then taken via helicopter or private vessel to Little St James where they were deceptively subjected to sexual servitude, forced to engage in sexual acts and coerced into commercial sexual activity and forced labour...

"To accomplish his illegal ends, Epstein formed an association with multiple defendants and others (both companies and individuals, who were willing to participate in, facilitate, and conceal Epstein’s criminal activity in exchange for Epstein’s bestowal of financial and other benefits, including sexual services and forced labour from victims."

En fait, the complaint describes Little St James as just one step in a worldwide web of private flights that ferried sex trafficking victims to London, Paris, Tangier, Granada, Saint Louis, Palm Beach, Atlantic City and beyond. It says some victims were as young as 12.

Drone captures FBI raiding Jeffrey Epstein's Caribbean home

The complaint also alleges that Little St James served as a prison for the victims, with Epstein controlling all communication with the outside world. It says one 15-year-old tried to escape by swimming, but Epstein organised a search party, recaptured her and confiscated her passport.

"Rappelles toi, he owns a whole island," said attorney general Denise George in 2020. "So it wasn’t a situation where a child or a young woman would be able to just break away and run down the street to the nearest police station."

One alleged victim told CBS News that she had been raped in Epstein’s office in St Thomas, and that he had a gun strapped to the bedpost in his bedroom on Little St James. The complaint says Epstein kept a computerised list of underage girls in or near the Virgin Islands who could be brought to the island.

Why didn't anyone do anything?

Authorities made several attempts to investigate Little St James. As a sex offender, he was required to re-register every year, and officials did try to visit Little St James in 2018 to verify his address.

But according to the attorney general's complaint, Epstein refused the officers entry at the dock, claiming it was his "front door", and insisted on meeting them in his office on St Thomas. He also made employees sign confidentiality agreements that banned them from talking to law enforcement and required them to report any inquiries to Epstein.

"Monitoring a sex offender with his own private islands and the resources to fly victims in and out on private planes and helicopters represented unique challenges and allowed the Epstein Enterprise to limit scrutiny," la plainte dit.

en outre, both Little St James and Great St James are protected areas due to their coral reefs and wildlife. Local planning officials suspected Epstein of exceeding his building permits, and the attorney general's complaint says that he was fined thousands of dollars for breaking environmental rules, yet that kind of money was nothing to Epstein.

En fait, the complaint argues that Epstein's purchase of Great St James was simply a ruse to hide what was happening on Little St James. "The Epstein Enterprise purchased the island for more than $20 million because participants wanted to ensure that it did not become a base from which others could view their activities or visitors," ça dit.

"Epstein purchased these properties to further shield his conduct from view, prevent his detection by law enforcement or the public, and allow him to continue and conceal his criminal enterprise."

New York prosecutors announce their case against Epstein associate Ghislaine Maxwell

What will happen to the island now?

The government of the Virgin Islands has asked a judge to give it control of Little St James and Great St James, along with all other assets used to carry out the alleged sex trafficking operation.

Epstein’s executors are fighting that request, saying they want to use his assets to set up a relief fund for sexual assault victims. They want the Virgin Islands government to unfreeze his two islands so they can sell them off.

Ms George countered by accusing them mismanaging the estate and paying “for lawyers, landscaping, and helicopter fees, but not the brave women who have stepped forward to participate in the compensation fund”.

pendant ce temps, Little St James has become a hotspot for morbid tourists, "urban explorers" and social media influencers attempting to access the island and make videos. Travelers frequently ask about it, and some local boat operators make it part of their tours.

Vernon Morgan, a taxi driver on St Thomas, told the Associated Press that he would rather people left it alone. "It brought some kind of notoriety to the Virgin Islands," il a dit. "We would much rather that the Virgin Islands be seen in a different light.”

Cet article a été modifié le 17 novembre 2021. It previously referred to the ‘comedian Steven Hawking’, but should of course have referred to the physicist Stephen Hawking.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *