Des dépliants de la police liant le viol à l'alcool remis aux étudiants "par erreur"

Des dépliants de la police liant le viol à l'alcool remis aux étudiants "par erreur"
Les agents enquêteront sur les raisons pour lesquelles les dépliants ont à nouveau été distribués en Irlande du Nord

Des dépliants qui font le lien râpé à consommation d'alcool ont été distribués à étudiants universitaires par erreur, police dans Irlande du Nord a dit.

le Service de police d'Irlande du Nord (PSNI) s'est excusé après que les dépliants « blâmant les victimes » aient été distribués aux étudiants à Université d'Ulster pendant le weekend.

Le dépliant se lit: "L'alcool est la drogue du viol numéro un. Combien as-tu déjà pris?"

Il conseille également aux gens de « dire non à tout sexe que vous ne voulez pas » et de « vous faire bien comprendre ».

Une enquête interne a été lancée pour déterminer pourquoi les dépliants, qui, selon le PSNI, ont été abandonnés il y a plusieurs années, ont été distribués, un porte-parole de la police a déclaré L'indépendant.

"Nous avons identifié la source de ces tracts comme ayant été partagée par des agents par erreur," a déclaré le porte-parole.

« Un message interne clair a maintenant été diffusé dans l'ensemble du service pour garantir que tous les dépliants restants sont détruits. »

Mais en 2020, la force promis de détruire les mêmes tracts après leur distribution à Belfast.

Karen Sweeney, du Rape Crisis Network, a déclaré que la réémergence des tracts est «malheureuse».

"Des assurances ont été données il y a près de deux ans maintenant qu'elles allaient être retirées de la circulation et détruites,», a-t-elle déclaré à BBC Radio Foyle.

« La façon dont ils ont refait surface sur le campus de Magee est très regrettable.

« Ils se sont maintenant excusés et j'espère qu'ils donneront suite en veillant à ce que ces tracts soient détruits, car ils mettent en évidence les mythes de blâme des victimes et de viol qui sont perpétués dans la société. »

Le surintendant-détective Eamonn Corrigan de la branche de la protection du public du PSNI a déclaré que le message sur le dépliant "ne reflète en aucun cas la façon dont nous considérons ou traitons les victimes de crimes sexuels".

Il ajouta: "Nous voulons présenter des excuses sincères pour toute infraction ou préjudice causé par cette erreur et saisir cette occasion pour réitérer que si vous êtes victime d'un crime sexuel et si vous choisissez de nous parler, tu seras écouté, respecté et traité avec sensibilité.

« Les seules personnes responsables de viol sont les violeurs. Il n'y a aucune défense pour les crimes sexuels de quelque nature que ce soit.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *