Un tribunal sud-africain décide que l'affaire de corruption de Zuma se poursuit

Un tribunal sud-africain décide que l'affaire de corruption de Zuma se poursuit
Les efforts de l'ancien président sud-africain Jacob Zuma pour faire retirer un procureur de son affaire de corruption ont été rejetés par la Haute Cour de Pietermaritzburg

Ancien Sud africain Les efforts du président Jacob Zuma pour faire retirer un procureur de son affaire de corruption ont été rejetés par la Haute Cour de Pietermaritzburg.

Zuma a déposé une demande spéciale pour que le procureur Billy Downer retire son affaire, l'accusant de partialité.

Le juge Piet Koen a rejeté mardi la demande de Zuma, ouvrant la voie à la poursuite de l'affaire de corruption contre l'ancien président. Le procès se poursuivra en avril 11, 2022, dit le juge.

« Je conclus que M.. Les plaintes de Zuma, même pris au pied de la lettre, n'affecte pas le titre de M.. Downer à poursuivre," a déclaré Koen lors du prononcé du jugement.

Les représentants légaux de Zuma ont déclaré qu'ils étudieraient la décision pour déterminer s'ils feraient appel ou non du jugement.

Zuma fait face à des accusations de corruption, fraude et blanchiment d’argent liés à l’achat d’armes controversé par le pays en 1999. Il est accusé d'avoir reçu des pots-de-vin de français compagnie d'armes Thalès via son ancien conseiller financier Shabir Shaik, qui a été reconnu coupable d'accusations connexes en 2005.

« Ce fut un processus assez long qui doit maintenant prendre fin,Le porte-parole de l'Autorité nationale des poursuites, Mthunzi Mhaga, a déclaré mardi aux journalistes devant le tribunal, parlant des efforts de Zuma pour obtenir la révocation du procureur et d'autres tactiques pour retarder le procès.

Zuma, 79, a assisté à la procédure judiciaire lors de l'une de ses premières apparitions publiques depuis sa sortie de prison en septembre. Il a été libéré sur parole médicale après avoir purgé près de deux mois de sa peine de 15 mois de prison pour avoir défié une ordonnance du Cour constitutionnelle témoigner lors d'une enquête sur la corruption pendant son mandat de président de 2009 à 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *