Tag Archives: authentiquement

Michelle Branch sur The Spirit Room à 20: « Il était permis de rester authentiquement adolescent »

Michelle Branch sur The Spirit Room à 20: « Il était permis de rester authentiquement adolescent »
Les débuts de l'auteur-compositeur-interprète, libérée alors qu'elle était 18, reste un classique du millénaire et le modèle du pop-rock adolescent. Elle parle à Adam White de la capture de la vérité juvénile et de la voie à suivre pour Taylor Swift

Branche Michelle était à Nashville quand elle a eu une rencontre avec des fans qu'elle n'oubliera jamais. C'était 2006, cinq ans après que les chansons pop diaristiques qu'elle avait écrites dans sa chambre soient devenues des succès internationaux, avec son premier album La salle des esprits. Le ventilateur était là 15 ou alors 16 à l'époque, avait les cheveux blonds bouclés et un single à la radio country. Elle s'appelait Taylor Swift. "Personne ne savait vraiment qui elle était,” Branche se souvient. "Elle faisait de la promo pour sa première chanson, et elle et moi nous sommes rencontrés et elle est comme, 'Oh mon Dieu - La salle des esprits était un si gros album pour moi! Je suis un grand fan!' En vieillissant, J'ai l'impression d'avoir ces moments où je suis comme: 'Oh, Je ne me sens plus aussi pertinent qu'avant..'. Je sens vraiment le temps qui passe. Mais le plus souvent, il y a une femme avec une guitare qui dit, vous connaissez, J'ai grandi en écoutant ton disque, et c'est toujours vraiment, vraiment bon sentiment.

Même si la musique de Branch ne vous a pas convaincu de prendre vous-même un instrument et de devenir la plus grande pop star du monde, il peut au moins avoir fourni un miroir. Publié 20 il y a des années aujourd'hui, La salle des esprits - qui comprenait des singles bien-aimés du début des années 2000 tels que "Everywhere" et "Goodbye to You" - est un hurlement d'adolescent, un classique pop-rock et un album déchirant pour les trop jeunes pour avoir jamais eu le cœur brisé. La branche était seulement 16 quand elle a commencé à l'écrire et 18 au moment où il atteint les étagères. Un fouillis adolescent de bravade et de vulnérabilité remplit chaque piste, et les empreintes digitales de l'album peuvent être trouvées sur une litanie de mélancolie adolescente lourde de guitare publiée dans les décennies qui ont suivi.

Aujourd'hui, La succursale est 38, une mère de deux, et appelant Londres depuis le porche arrière de la maison de Nashville qu'elle partage avec son mari, le batteur des Black Keys Patrick Carney. "J'ai l'impression que c'était hier, mais alors, de bien des manières, on a l'impression que ça a été 20 années," elle dit. « J'ai une fille qui vient d'avoir 16 la semaine dernière et comme j'y ai réfléchi La salle des esprits, ça m'a vraiment époustouflé de la regarder et de savoir que j'avais fondamentalement son âge quand je l'ai écrit. Comme un adulte, Je ne comprends vraiment pas comment c'est arrivé."

Même maintenant, quand une vidéo virale TikTok peut transformer un jeune courageux en une sensation pop, L'ascension spectaculaire de Branch semble surréaliste. Après avoir joué localement vieilli 14, elle a sorti un CD autoproduit, qui a conduit à l'ouverture du trio pop chérubin Hanson, après quoi le label de Madonna, Maverick, est venu frapper avec un contrat en main. Branch et ses cahiers parsemés de paroles ont été associés au producteur vétéran John Shanks – qui avait travaillé avec tout le monde, de Barbra Streisand à Stevie Nicks et Sheryl Crow – et La salle des esprits a été enregistré en seulement trois semaines et demie. C'est devenu un blockbuster, double platine aux États-Unis et vendu à plus de deux millions d'exemplaires dans le monde. Ses singles - dont l'hymne head rush "All You Wanted" - étaient incontournables.

La production de Shanks est incroyablement raffinée et maximaliste - il y a beaucoup de réverbération, guitares pleurnichardes et effets vocaux - mais les paroles et la prestation de Branch confèrent à tout une urgence puissante. Les émotions sont au rendez-vous, elle ceintures et ceintures et ceintures, et les drames mineurs sont rendus suffisamment gros pour provoquer pratiquement la fin du monde. Branch pense qu'être laissée seule dans son adolescence a fait de l'album ce qu'il était.

"John n'avait vraiment pas besoin de changer [les chansons] autant," elle dit. "Il a vraiment pris du recul et leur a permis d'être ce qu'ils étaient, et je pense que c'est vraiment rare. Le label n'a pas entendu l'album jusqu'à ce qu'il soit complètement mixé et masterisé, donc je n'avais pas de cuisiniers supplémentaires dans la cuisine ni de tiers qui intervenaient et me disaient ce qu'ils voulaient. C'est vraiment un instantané dans le temps de ce que je ressentais. Il était permis de rester authentiquement adolescent.

Par conséquent, La salle des esprits se positionne à un endroit très adolescent. Branch écrit comme la giroflée du lycée qu'elle était à l'époque: scrutant toujours les choses de l'extérieur, se languissant de quelqu'un qui la remarque à peine, et imaginer les possibilités si finalement ils le faisaient. Considérez le jubilatoire "Partout": "Quand je me réveille tu n'es jamais là / Et quand je dors tu es partout". Ou le jangly, estival "Tu me libères": "Tu es dans mon cœur / La seule lumière qui brille là-bas dans le noir. Les intérêts amoureux qu'elle chante ne sont pas nécessairement des garçons, mais des idées hypothétiques qui nourrissent néanmoins, enveloppe et comprendre. "Certaines personnes pensent que je suis fou, mais tu dis que c'est bon,» elle chante sur le rêveur « You Get Me ». « Dans mon imagination, tout va."

"Je n'avais jamais eu de petit ami à ce moment-là, alors [les chansons] n'étaient pas intégrés dans des expériences de la vie réelle,” Branche explique. "Ils étaient tous sur le désir des adolescents et les scénarios imaginaires qui jouent dans votre tête. Que se passerait-il si je disais à cette personne que j'ai le béguin pour ce que je ressens? Ce genre de trucs. Je pense que c'est peut-être pour ça que ça a frappé comme ça, parce que je ressentais ces nouveaux, sentiments abstraits que chaque adolescent traverse, puis en écrivant à leur sujet.

La pochette de "The Spirit Room" de Branch’

Branch est apparu à une époque divisée pour la musique pop. Au milieu de La salle des espritssortie en 2001, elle a souvent dû répondre aux questions des journalistes sur le fait d'être "l'anti-Britney", parce qu'elle avait les cheveux noirs et jouait de la guitare à une époque autrement dominée par les reines blondes de la pop. Mais la paire avait beaucoup plus de similitudes que de différences. La grande musique pop existe dans ce sweet spot entre le fantastique, l'ambitieux et le banal écrasant. C'est Britney qui danse dans le couloir de son lycée comme si elle était dedans Graisse, mais admettre que sa solitude la tue. C'est Taylor Swift qui est un milliardaire mais qui chante sur l'annulation des plans au cas où son béguin pour l'été lui demanderait de le rencontrer derrière le centre commercial. C'est l'équilibre surnaturel de La salle des esprits, mais l'humanité angoissée qui sous-tend tout.

Profitez d'un accès illimité à 70 millions de chansons et de podcasts sans publicité avec Amazon Music Inscrivez-vous maintenant pour un essai gratuit de 30 jours

S'inscrire

Réécoutez-le en tant qu'adulte, et l'album est le plus charmant dans sa naïveté parfois brutale: « Qui veut être ordinaire dans un fou, monde mélangé?” réfléchit au bégaiement, woozy "Tu me comprends". Son mélodrame évanouissant vous donne brièvement l'impression d'être à nouveau un adolescent. Nostalgie, certes, joue un rôle important dans son adoration à ce jour. Branch est l'une des dernières stars adolescentes à inciter de nombreux jeunes à se séparer de leur argent physique dans les magasins de musique physiques pour acheter leurs CD physiques.. Pour beaucoup d'une certaine génération, La salle des esprits évoque des souvenirs de traîner dans votre chambre, abattu et boutonné, avec les rideaux fermés.

La salle des esprits la nostalgie est également renforcée par le fait que Branch soit si associé à un moment particulier de la culture pop du nouveau millénaire. Les films ados de l'époque ont recruté Branch pour leurs bandes originales. Elle détient la distinction rare – et presque insondable – de jouer à l'écran non seulement dans les séries d'horreur Buffy contre les vampiresLa discothèque fictive de The Bronze, mais aussi dans la comédie dramatique sorcière Charméson propre P3 après les heures d'ouverture. Branch est le pivot sonore de l'an 2000 autant que le chaos est la bande originale de 2021.

Au lendemain de La salle des esprits, Branch s'approfondirait et mûrirait en tant qu'auteur-compositeur. 2003's Papier d'hôtel et son suivi de longue haleine, Désespérément romantique, sorti en 2017, sont élégants, autobiographique et lacé avec des crochets irrésistibles. Au lieu de scénarios imaginés, ils explorent les joies et les traumatismes vécus. Si Branch semblait disparaître pendant un certain temps en tant qu'artiste solo - ce qu'elle a fait en quelque sorte, fonder une famille et dépenser 2005 par 2007 dans le cadre du duo country The Wreckers – c'est uniquement parce qu'elle s'est retrouvée piégée dans une industrie de la musique pré-streaming en spirale. Elle rebondirait entre les labels et travaillerait sous des cadres avec des idées bizarres sur son identité artistique. À un moment donné, on lui a conseillé d'enregistrer un album EDM.

Comme beaucoup de stars de la rock-pop qui ont émergé dans son sillage, dont Ashlee Simpson, Avril Lavigne, Fefe Dobson et Kelly Clarkson, ou des artistes établis qui ont pivoté vers une alternative indie-pop-alternative similaire, quel que soit le flou des genres au milieu des années 90, comme Liz Phair ou Mandy Moore, Branch a également été pris dans des guerres culturelles inutiles sur l'authenticité musicale. Toutes étaient de jeunes femmes faisant de la musique aux derniers jours de genres strictement définis. C'étaient des artistes qui faisaient des albums pleins non seulement de pop pure mais aussi de pop-punk, chansons aux flambeaux et guitare-rock folklorique. cela prouverait, pour certaines raisons, profondément déroutant pour ceux qui essaient de les commercialiser. Heureusement, nous ne sommes pas aussi ignorants aujourd'hui.

L'ADN créatif flexible de Branch, et La salle des espritsla vérité juvénile, est partout dans la musique maintenant. Écoutez Conan Gray, un garçon triste devenu pin-up, avouer qu'un jour, il jettera la prudence au vent, mais "pour l'instant je ne regarde que les gens". Ou la revivaliste britannique de shoegaze Beabadoobee se cachant sous les couvertures alors qu'elle "se sent à nouveau merde". Lorsque la princesse régnant de la pop Olivia Rodrigo - tous de 18 et le haïr - admet que « dieu, c'est brutal ici", cela ressemble à un cri de solidarité possible uniquement parce que Branch l'a fait elle-même 20 ans plus tôt.

Branch a été ré-immergée dans ses débuts ces derniers temps. Il y aura un concert d'anniversaire diffusé en direct le 11 septembre, et un nouvel enregistrement de l'album – à la Alanis Morissette's 2005 remake acoustique de son séminal Petite pilule dentelée – arrivera au début de l'année prochaine. Mais je n'ai pas l'impression de regarder trop loin en arrière, Soit. Oui, La salle des esprits a été écrit lorsque Branch était une adolescente étrangère portant son cœur sur sa manche et rêvant du potentiel de la vie, mais cela semble toujours étrangement pertinent. c'est toujours elle, si un peu moins gracieux, un peu moins poli qu'aujourd'hui.

"C'est une très grande partie de mon identité," elle dit, sa voix bercée par le chant des cigales. "Et je me sens toujours très adolescent. Comme parfois, je dois me rappeler que je suis 38 ans. Mais j'ai l'impression que je n'ai pas beaucoup changé par rapport à la personne sur cet album. Je suis toujours l'adolescente romantique désespérée qui écrit des paroles de chansons dans sa chambre.

Dans une mesure, ne sommes-nous pas tous?

L'édition du 20e anniversaire de « You Get Me » est dehors maintenant, les billets peuvent être achetés pour le concert diffusé en direct sur Maison de l'instant, tandis que "The Spirit Room" réédité par Branch sortira l'année prochaine