Une sonde secrète trouve 1 dans 10 Les caméras de sécurité intelligentes sur autoroute «ne fonctionnent pas»

Une sonde secrète trouve 1 dans 10 Les caméras de sécurité intelligentes sur autoroute «ne fonctionnent pas»
L'agence des autoroutes invitée à rouvrir immédiatement toutes les bandes d'arrêt d'urgence, en attente d'examen

Le gouvernement enquête "de toute urgence" après qu'une enquête secrète a jeté de nouvelles questions sur la sécurité de Angleterrele réseau autoroutier intelligent de, prétendant que l'un dans 10 les caméras de sécurité sur les routes se sont avérées défectueuses ou orientées dans le mauvais sens.

Les conclusions de lundi « confirment bon nombre des craintes » précédemment soulevées au sujet des autoroutes intelligentes, le président des AA, Edmund King, a suggéré, alors que les travaillistes accusaient National Highways de "mettre des vies en danger inutilement" et appelaient à la réintégration immédiate de toutes les épaules, en attente d'examen.

Sur intelligent autoroutes, la bande d'arrêt d'urgence est utilisée comme autre voie de circulation dynamique, avec cette caractéristique de sécurité de longue date maintenant remplacée sur certains 400 miles d'autoroutes anglaises par un réseau de caméras, capteurs et panneaux électroniques, utilisé pour identifier les urgences et fermer tous les tronçons de route où des dangers se produisent.

Pendant des années, les données annuelles du gouvernement suggèrent que les autoroutes intelligentes - qui utilisent souvent des limitations de vitesse variables - sont aussi sûres, ou plus, que les autoroutes conventionnelles, et les ministres se sont récemment engagés à convertir un autre 300 miles par 2025, aurait coûté 1,2 milliard de livres sterling.

Mais avec 53 personnes décédées sur les routes entre 2015 et 2019, analyse par les militants a constaté que les conducteurs qui tombent en panne sur des tronçons d'autoroute où la bande d'arrêt d'urgence a été supprimée sont en fait à trois fois plus risque de conséquences tragiques que sur les autoroutes normales.

Alors que plus de 19,000 personnes sont tombées en panne dans les voies de circulation au cours des deux dernières années, selon les chiffres officiels, avec un peu d'attente tant que 17 minutes pour aider, Le directeur général de National Highways, Nick Harris, a insisté en juillet sur le fait qu'il y avait une "couverture à 100% de vidéosurveillance" sur les autoroutes intelligentes..

Mais lors d'un « audit » sur 17 septembre, les Courrier quotidien a allégué que près de la moitié des caméras sur l'un des tronçons les plus fréquentés de la M25 étaient en panne, avec le personnel de la salle de contrôle incapable de vérifier les rapports de véhicules en panne – ce qui signifie que les automobilistes risquaient d'être bloqués dans des voies restant ouvertes à la circulation à grande vitesse.

D'après le papier, son journaliste a passé six semaines sous couverture dans la salle de contrôle opérationnelle régionale est de National Highways à South Mimms, Hertfordshire, qui est responsable des sections d'autoroutes intelligentes sur la M25, M1 et M4. Ceux-ci comprenaient 30 « coaching shifts » travaillant en tant qu'opérateur sous la surveillance d'un membre de l'équipe plus expérimenté.

Le rapport qui a suivi, publié lundi, décrit une situation dans laquelle « un personnel diligent … faire de son mieux pour assurer la sécurité des gens, seulement pour être déçu par la technologie qui s'effondre ». Certaines machines remontant à 2004, plusieurs membres du personnel semblent résignés aux problèmes technologiques – tandis qu'un autre a qualifié les autoroutes intelligentes d'« arnaque ».

Pendant le premier quart de travail du journaliste dans l'un des six centres de contrôle d'Angleterre, une défaillance des systèmes aurait empêché le personnel de mettre en œuvre des fermetures de voies vitales ou de modifier les limites de vitesse obligatoires pendant plus d'une demi-heure.

Le même jour, un opérateur aurait été incapable de trouver un véhicule en panne sur le M25 car la caméra concernée était coincée face à un champ. Un crash mortel sur le M25 sur 23 août, qui a fait quatre morts, n'aurait été capturé par aucune caméra.

Les caméras peuvent devenir « condensées à l'intérieur et vous ne pouvez pas voir grand-chose », un opérateur aurait déclaré. "Parfois, ils ne bougent pas ou ne se concentrent pas pour que vous puissiez voir quelque chose de très près, mais si vous faites un zoom arrière, c'est comme les formes.

Un autre collègue à la recherche d'une panne aurait plaisanté: « Si vous allez vous écraser sur un terrain, tout ira bien, nous vous trouverons. Mais si vous allez vous écraser sur l'autoroute, nous ne le ferons probablement pas.

Un chef d'équipe ayant des difficultés avec les commandes du réseau de caméras de sécurité, dans un bureau de commandement où le personnel travaille « si quelque chose de grave arrive », a été signalé comme disant que les difficultés "malheureusement" se sont produites régulièrement, ajouter: "Nous recevons beaucoup de conneries défectueuses."

Dans un e-mail au personnel de la salle de contrôle les informant de Isoler les manifestations en Grande-Bretagne, un directeur des opérations aurait écrit: "Nous apprécions qu'il y ait des CCTV qui ne fonctionnent pas ou des points noirs, mais il s'agit de vous demander de faire de votre mieux pour rester vigilant."

Et un opérateur en poste depuis plus d'une décennie, aurait dit: “There’s so much trouble going on at the moment, with the public quite rightly questioning whether they’re safe or not. It’s safe if there’s technology and if the technology works, but if it’s not bloody working …"

Pointing to a car sitting on the M25 for over half an hour, selon le Courrier, il ajouta: “He’s in a live lane. That should’ve flashed up on here to let us know that he’s there. But he could be sat there for hours and we wouldn’t even know about it, and if we don’t know, we haven’t set signals.

“So now he’s in a live lane with traffic bombing up behind him. That’s when a truck comes along and hits him and we go, ‘Oh well, we didn’t know he was there’.”

While National Highways said it did not recognise the figures from the Courrier’s probe, its chief executive said the agency recognised that “concerns continue to be raised about smart motorways”.

“These upgrades work as a system, with technology, infrastructure and people working together, and data shows fatalities are less likely than on conventional motorways,” Mr Harris said. “If there is a problem with any one part of the system, other parts are activated to help keep traffic moving safely.

“Our traffic officers work around the clock, every day of the year to help drivers and deal with incidents. We are, pourtant, investigating these allegations as a matter of urgency.”

Labour’s Labour’s transport spokesman Jim McMahon accused the government agency of “failing in its duty to keep people safe by putting lives at risk needlessly”, ajouter: “The fact they are aware of this and they continue to roll out smart motorways, they continue to refuse to reinstate the hard shoulder, is I’m afraid unforgivable.

“The main thing for me is just how easy this is to put right pending a review – press a button and put the red X on the hard shoulder. It’s that easy and it can be done today.”

A Department for Transport spokesperson said: “Road safety is always our top priority. We take these claims very seriously and will ensure National Highways conducts a thorough investigation.

“It remains that smart motorways are among the safest in the UK, with the data showing that fatalities are less likely than on conventional ones, and we will continue working to build public confidence in them.”

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *